À la volette

En face de chez moi il y a un canal. Un canal sur lequel la nature a repris ses droits. J’ai maintenant droits à des combats quotidiens impliquant des goélands, jolies petites hyènes volantes. Le goéland esseulé qui gueule à moins d’un mètre des pugilistes, c’est un genre de cheerleader, je crois. Le bruit est absolument affreux.

La baguarre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *